aikido

kanji de AI

AI = Harmonie

kanji de KI

KI = Energie

kanji de DO

DO = Voie

Le fondateur de l'AIKIDO, Morihei Ueshiba (1883-1969), fut inspiré par les meilleurs maîtres d'arts martiaux du Japon de l'époque (écoles de JUJITSU, d'escrime traditionnelle).

detruire l'agressivité de l'adversaire

L'idée du maître est de détruire l'agressivité de l'attaquant en lui faisant sentir qu'elle est inefficace. Il ne s'agit donc plus d'une technique de combat, mais de l'art de neutraliser la violence ; non pas de répondre à une attaque, mais de la prévenir pour l'utiliser à seule fin de l'anéantir. D'où le nom AIKIDO, qui pourrait se traduire par la voie (DO) pour accorder (AI) son esprit (KI) à celui d'autrui et de l'univers.

L'exercice de cet art suppose une grande maîtrise de soi, une constante attention à autrui, non dans un esprit de défiance, mais au contraire dans une volonté d'accueil qui est précisément la seule manière de recevoir une éventuelle attaque avec le maximum de chances d'en utiliser le dynamisme pour la neutraliser, sans léser l'attaquant.

En présence de danger l'Aikidoka ne doit éprouver ni surprise, ni colère, ni peur, ni haine, mais être toujours prêt à faire sienne l'énergie déployée par l'agresseur, à la conduire jusqu'au point où elle se retourne contre ce dernier pour l'immobiliser ou le projeter.

Non violent, l'Aikido n'a rien de passif. Il est au contraire plutôt actif, souvent viril, et toujours d'autant plus efficace que non seulement elle rend vaine l'agression, mais encore elle donne à l'agresseur la preuve effective de l'inutilité de sa violence, en lui administrant une leçon telle qu'elle peut l'amener à changer spontanément de comportement.


Haut de page